Nouvelle rencontre des promoteurs de Together4peace les 28 et 29 janvier à Rotselaar

Venus de toute la Belgique, nous étions une quarantaine de jeunes à nous engager dans les multiples aspects de Together4peace. Accompagnés d’une bonne équipe d’adultes, nous nous sommes remis à la tâche. La réussite de ce grand projet dépend de nous tous. Notre secret ? Rêver grand !
Chacun a pu dire ou écouter les efforts déjà consentis sur le terrain pour faire connaître T4P à un maximum de jeunes. Sur grand écran, nous avons pu voir quelques extraits de Streetlight qui nous ont permis de mieux connaître le parcours de Charles Moats.
Ensuite, nous nous sommes regroupés en cinq carrefours pour préparer le déroulement et les aspects concrets de la première étape du projet qui aura lieu les 11 et 12 avril prochains. Les discussions allaient bon train. Alors que l’équipe chargée du ‘teambuilding’ se penchait sur la question des moyens auxquels recourir pour motiver les participants et leur faire comprendre l’enjeu du projet ― par l’expérience d’autres jeunes ayant déjà participé à Streetlight, l’équipe ‘diffusion’ recherchait comment amener des personnalités connues du monde politique, culturel et sportif à nous assurer de leur soutien soit par leur présence soit en nous accordant une interview. D’autres ateliers tels celui des ‘décors’ ont trouvé une façon originale d’accueillir les participants en recourant dès leur arrivée à un support visuel. Ou encore, les accros de l’ordi ont cogité sur les différents avis, intérêts et nouvelles idées pour créer ou rafraîchir les supports informatiques (‘Facebook’ et le ‘site web’). Enfin, le groupe ‘lifestyle’ a poursuivi la réflexion sur ce qui nous aide à vivre pour la paix : Comment proposer à tous les participants une base commune, un style de vie à adopter durant tout le projet… et bien au-delà !
Cette réflexion, cet échange d’idées faits dans la bonne humeur ont été vraiment utiles pour faire fructifier notre travail, pour mieux nous connaître et nous rapprocher les uns des autres dans ce but commun qu’est la paix.

Muriel Schneider.